L’obsession du bien-être à tout prix et sur tous les plans vire au cauchemar. Les livres de bien-être sur la méthode innovante pour être plus heureux pullulent dans nos librairies. C’est un marché assez florissant : des gens se font du blé sur notre incapacité notoire à être heureux (à apprécier le bonheur ? A vivre en équilibre avec soi ? Dans sa justesse ?).

  • Alors il faut manger comme si et pas comme ça
  • Faire attention à ses paroles, à ce que l’on dit, ne pas critiquer les autres
  • Être bienveillant
  • Faire appel à notre conscience et à notre morale sur tous les sujets

Culpabiliser et se sentir responsable de :

  • La pollution de la planète
  • Les enfants esclaves
  • La guerre
  • La souffrance des animaux
  • La faim dans le monde

Bref tu dois :

  • Etre conscients, responsables, éthique, irréprochables dans tes actes et tes paroles, être bienveillant et sains de corps et d’esprits.

J’ai bon ?

Alors oui ok mais alors CETTE PRESSION !!! Je ne sais pas vous, mais je veux bien faire de mon mieux, je ne peux faire les choses qu’à ma petite échelle et du mieux que je peux.

Il se trouve que parfois je n’ai pas le choix de faire autrement, je n’ai pas les moyens de le faire ou le budget et je ne peux tout simplement pas régler tout en même temps ! (bouh la mauvaise fille !!)

Le problème c’est que l’on se sent obligé, sur injonction morale, de prendre soin de soi, d’avoir une hygiène de vie irréprochable et de mesurer à longueur de temps notre rythme cardiaque et notre nombre de pas.

Nous ne sommes plus dans l’art de vivre simplement choisi mais bien dans une hygiène de vie imposée.

La culpabilisation des déviances

Et MOI JE CULPABILISE ! J’ai l’impression d’avoir le poids du monde sur les épaules ! Il y a tant de choses à faire que j’ai la PRESSION !

Toi aussi tu en as marre de cette culpabilisation et de cette obligation à être heureux, positif et bienveillant ? Toi aussi tu as envie de gueuler dans ta voiture, d’insulter la vieille neurasthénique à la caisse ou de laisser exploser ta colère parce qu’il t’a quitté ce connard ?

Tu as en marre que l’on te culpabilise de fumer, boire et manger trop gras !

Nous sommes dans une sorte de « biomorale » où la personne heureuse et qui se sent bien est une bonne personne et à l’inverse une personne qui se sent mal est une mauvaise personne soupçonnée d’entretenir son mal-être. (Livre, Le syndrome du bien-être Carl Cedeström et André Spicer, édition L’Échappée).

Pourquoi s’obliger à faire attention à tout ce qu’on dit ?

Tu es créateur de ta vie

Il ne faut pas que tu oublies que tu es créatrice ! Tout ce que tu penses et dit tu le crées. Si tu penses que tu as une vie de merde alors tu as une vie de merde. Si tu penses que tu es chanceuse alors tu as de la chance.

C’est aussi simple que ça ? Oui ! Tu n’as jamais remarqué que, quand tu es stressée car en retard à un rendez-vous, comme par hasard, tu tombes dans les bouchons ! Comme par hasard, il y a un monde fou à la caisse ! Comme par hasard, il n’y a plus de places de parking ! Tu es en train de créer ta propre réalité ! Tout ce que tu penses de toi ou des autres est vrai, dès lors que tu l’imagines dans ton monde ! Ce n’est vrai que dans ta tête et pour toi, pour ton monde. Tu as peur d’être rejeté car tu ne te penses pas assez bien ? Il est fort probable que ça t’arrive !

Mais attention ça ne doit pas virer à l’obsession !!

Comme l’explique Carl Cedeström et André Spicer, dans leur essai « le syndrome du bien-être ».

«Le revers de la médaille est que celui-ci doit dorénavant se sentir coupable chaque fois qu’un problème survient dans sa vie: rupture amoureuse, perte d’emploi ou maladie grave. Accéder au bonheur relèverait donc d’un choix: le nôtre, et, par extension, engagerait notre responsabilité. Par ce qu’elle comporte de déplaisant, une telle prise de conscience ne peut que faire naître un sentiment d‘intense anxiété chez l’individu.» C’est l’histoire de la fameuse expression que je ne peux plus entendre « être acteur de sa vie ». C’est tellement culpabilisant ! Je préfère largement que les gens soient eux-mêmes dans toute leur complexité. Il n’y a rien de mal à vouloir s’épanouir, prendre soin de soi, mais pas jusqu’à s’en rendre malade ! »

Nous pouvons faire en sorte de faire notre petite part : faire attention à nos pensées et nos actes, agir en toute conscience, selon nos valeurs, en essayant de voir le bon côté des choses. Tu as parfaitement le droit de ressentir un mal-être, d’être malheureuse, déprimée ou d’avoir envie de tuer quelqu’un. Sauf que ce sont des émotions négatives qui ne servent à rien alors il ne vaut mieux pas les entretenir.

Sois toi même dans toute ta complexité, avec tes forces et tes vulnérabilités !

 Alors comment faire pour être bien avec soi et avec les autres ?

Les erreurs que l’on peut faire

  • Refourguer ton mal-être à ta meilleure pote
  • Garder tes émotions et exploser ensuite
  • Te culpabiliser et oublier d’être toi-même

Qui n’a jamais écouté en boucle un proche nous parler de ses histoires d’il y a 20 ans en lui répondant « mais quand est-ce que tu vas tourner la page bon sang ??! »

Que ce soit le pot de Nutella ou ta meilleure amie, les deux jouent le rôle de réceptacle, de tampon émotionnel. Tu l’utilises pour aller mieux, pour te libérer sans te rendre compte que tu rejettes simplement ton mal-être sur autre chose (ton corps ou ta meilleure amie) mais que ça a un effet néfaste quand même ! Ta meilleure amie se retrouve avec toutes ces idées négatives, ce stress et elle va en faire quoi à ton avis ? Le refiler à quelqu’un d’autre comme son mari ou ses enfants (la première personne qui passe quoi).

ET BIM voilà que ton problème impacte une personne, puis une autre, puis encore une autre, …

Garder ses émotions à l’intérieur

Tu peux alors te dire que tu vas tout garder à l’intérieur de toi, faire comme si tout allait bien ou que ça passera avec le temps. FAUX ! Les émotions ont besoin d’être comprises, accueillies et digérées pour éviter qu’elles ne reviennent nous hanter. Les ignorées revient à allumer un feu, mettre une casserole avec toutes ses émotions dedans et attendre que l’incendie prenne. Et il prendra, pour sûr !

Et qui va en pâtir ? Toi, dans un premier temps car tu vas exploser et puis toutes les personnes autour qui vont s’en prendre pleine la tronche sans même l’avoir vu venir. Quelques fois, certaines de mes consultantes me disent que leurs proches leurs reprochent d’être agressives. C’est normal, quand on a du mal à digérer ses émotions, elles passent dans notre communication. Les autres ne comprennent pas pourquoi on exagère autant ou pourquoi on est si à fleur de peau, qu’ils perçoivent, eux, comme de l’agressivité.

Il est important de laisser s’exprimer nos émotions pour au moins comprendre d’où elles viennent et comment ne pas les subir au quotidien. Elles doivent se libérer, sinon elles se transforment en incendie !

Culpabiliser à tort et à travers

Culpabiliser ne fait que renforcer ton stress et le stress c’est connu ce n’est pas bon pour la santé : il fait grossir, augmenter ton rythme cardiaque et détruire tes cellules.

Moi j’aimerais bien qu’on se lâche la grappe une bonne fois pour toute et qu’on améliore notre rapport à la nourriture, à notre corps, aux autres et à la vie (c’est beau !). Stop à la culpabilité, tu n’as pas à être irréprochable et parfaite. Tu as droit à l’erreur et à te faire plaisir sans t’en mordre les doigts.

Soit dans ta justesse !

Évacuer le souffre différemment

 Au lieu de refiler tes problèmes à quelqu’un d’autre, va marcher ou courir ou de la boxe ! Tu as du souffre à l’intérieur  et la seule façon de l’évacuer c’est par le souffle !

Tu vois bien quand tu es énervé, tu souffles d’énervement ou d’impatience ? Bon. Et bien voilà ! Quand tu as trop d’émotions et que ça va déborder on a ce reflex de souffler pour évacuer le souffre (les émotions). Et quel est le meilleur moyen de souffler un maximum ? Le sport ! Le sport défoule c’est bien connu ! Et en plus ça te maintiendra dans un bon équilibre physique, cela améliorera ton rapport à ton corps et l’estime de toi !

Décharge-toi sur tes baskets ou un sac de boxe au lieu de le faire sur quelqu’un. Voilà une manière positive d’évacuer ! Libérer ses émotions en les acceptant.

Être en colère, ressentir de la jalousie, de la frustration, de l’impatience c’est ok.

Pourquoi ressens-tu tout ça ? Est-ce que c’est ok pour toi ? Alors ok.

Voilà c’est tout ! Tu n’as pas à être dans le jugement permanent. Si c’est ok pour toi et que tu ne le subis pas alors c’est le principal. Si ça te bouffe alors fais un travail pour t’en libérer.

Accueille/ Accepte / Pardonne.

Accueille tes émotions, accepte-les et pardonne-toi. C’est OK !

La vie c’est la vie, elle est souvent géniale et parfois dégueulasse mais c’est ta vie !

Il n’y a pas de mal à être envieuse ou en colère l’important c’est que tu sois en accord avec toi-même, que tu t’acceptes et que tu ne luttes pas contre toi-même. Oui, on fait le choix de nos réactions mais on a pas le choix d’être humain.

Anaïs, C.

Source