Nous avons tous, dans le coin de notre tête, des expressions que l’on ne peut plus entendre, celles qui nous hérissent les poils des bras.

Il y a des expressions en développement personnel que je ne peux plus entendre et qui ne sont pas dénuées de sens, sauf que parfois, elles sont mal interprétées et donc meurtrières (pour toi, ton business, ta communication, la planète et les bébés dauphins).

Cela fait déjà quelques années que je m’intéresse au développement personnel, et oh, coïncidence, j’en ai fais mon métier. Je n’ai pas lu tous les ouvrages sur la questions mais j’en ai tâté pas mal du bouquin !

J’ai aussi complètement changé ma façon de penser, une sorte de RESET de mon cerveau et tu constateras qu’au début, j’ai, à de nombreuses reprises, utilisé la fameuse expression :

« Depuis que je suis entrepreneuse, je kiffe les lundis, j’ai arrêté d’être une victime et je suis devenue actrice de ma vie ».

Là, tout de suite, j’ai envie de me gifler. C’est LA phrase typique que tout bon débutant et néophyte utilise quand il se lance dans le nouveau monde de l’entrepreneuriat. Je constate que beaucoup continuent sur cette lancée et basent l’ensemble de leur business sur cette expression. Et là je dis NON ! Je proteste vigoureusement. Pourquoi ? Analysons, ensemble, pourquoi tu ne dois jamais utiliser cette phrase pour toi et pour tes clients :

  • Depuis que je suis devenu entrepreneur, je kiffe les lundis, j’ai arrêté d’être une victime et je suis devenue acteur de ma vie ! (smiley content)

STOP ! On arrête tout, CES 3 EXPRESSIONS tuent des bébés dauphins chaque jour !

  • Depuis que je suis entrepreneur, virgule, je kiffe les lundis

Selon le baromètre établi par le site d’offres d’emploi Monster, « les Français sont 52 % à ne pas dormir correctement le dimanche soir ». En cause, la « phobie du lundi ». Dans le monde, ce sont même 61 % des salariés qui sont stressés le dimanche soir. (source : Le Monde, Phobie du lundi, 2013 )

Alors oui, ce n’est pas faux. L’avantage d’être à son compte, c’est qu’on a choisit notre travail. Ce n’est pas un boulot alimentaire, ou un choix par défaut, c’est notre décision de développer une activité que l’on aime et de gagner de l’argent avec. On est passionné (sinon on aurait abandonné depuis longtemps) et on aime les lundis. C’est l’avantage d’aimer ce que l’on fait. MAIS … cela ne signifie pas que TOUT les lundis sont géniaux ! Et c’est là, tu vois, que ça m’énerve ! On te ferait croire qu’être à son compte et être son propre patron c’est Disneyland tous les jours. Et bien, pas forcément, il arrive, souvent, à un entrepreneur :

  • d’échouer
  • se remettre en question
  • revoir sa stratégie
  • être dans l’impasse
  • être démotivé et j’en passe

Passer de salarié à patron, ne te garantit pas de kiffer ta vie chaque jour mais il est vrai que tu as plus envie de te lever le lundi matin quand tu sais que tu vas travailler pour toi et en faisant quelque chose que tu aimes, que plutôt te lever pour aller bosser avec des gens que tu détestes, sans trouver de sens à ton travail et pour un salaire ridicule.

ATTENTION, cette expression tue des bébés phoques !

  • « j’ai arrêté d’être une victime »

Quand j’ai quitté mon travail d’enseignante, j’étais vraiment très mal. Honnêtement, j’étais tellement éloignée de moi-même, que je ne rêvais que d’une chose : reprendre ma liberté et ma confiance en moi ! Oui, j’étais victime de mon travail. J’étais victime aussi de mes collègues et de mon incapacité à y faire face, j’ai baissé les bras et je me suis mise en position de victime. Être à mon compte était LA solution pour ne plus subir et reprendre confiance en moi.

SAUF, que j’ai oublié, et je constate encore aujourd’hui que beaucoup ne se rendent pas compte, que, peu importe le métier que tu fais, si tu as l’habitude de te conduire comme une victime, tu restes une victime, patron ou salarié. 

Être infopreneur/entrepreneur/chef d’entreprise, c’est loin d’être facile, surtout si tu n’as pas la bonne méthode, la bonne stratégie et le bon mindset. Les blocages que tu as en tant que salarié seront aussi présent en tant que chef d’entreprise ! D’où l’importance d’apprendre à te connaître et de travailler sur tes blocages, sur ce qui t’empêche d’avancer dans ton business : peurs, blocages, comportements, fragilités

Si tu as l’habitude de blâmer le monde entier de tes échecs et difficultés, alors en tant que patron, tu reproduiras la même chose ! Ce qui est intéressant de noter, c’est qu’être à ton compte, te force à penser et agir différemment, à changer ta perception des choses pour pouvoir avancer. Fatalement, en tant qu’entrepreneur tu agis différemment que 99% de la population donc forcément, cela te transforme… Mais si tu savais le nombre d’infopreneurs/entrepreneurs, qui ont échoués car ils ont continué à agir comme des salariés et sans travailler sur leurs blocages !  C’est un travail quotidien que peu de gens sont prêts à faire, sauf qu’atteindre ses objectifs et vivre de son rêve, est un travail exigeant, que l’on ne peut pas faire si on reste dans une position de victime. C’est loin d’être magique ! Et ça s’apprend comme je le fais avec mes consultants, qu’ils soient infopreneurs ou salariés.

Être « acteur de sa vie », l’expression qui me donne des boutons.

Alors, celle-là, on l’entend presque tous les jours (si tu es abonné aux sites, groupes et pages en développement personnel, cala va de soi). Aucun article, revue, qui se veut psychologique ou spirituel, ne se passe de l’expression « acteur de votre vie ».

« Acteur de ma vie » ça fait très : j’ai le pouvoir, je maîtrise, je suis le maître, je contrôle. Et là, ça me dérange. Je n’entends que l’égo de ces gens qui pensent que la vie se résume à tout contrôler, paraître, décider et être le maître. Ils oublient qu’ils sont le maître de leur monde seulement, de leur petite perception, et qu’il y a quelque chose de plus grand : LA VIE ! On joue tous un rôle, on se raconte tous des histoires dans notre tête et ce n’est pas facile d’en sortir pour « être ».

S’il y a bien une leçon que j’ai retenu c’est celle-ci : être humble face à la vie et face aux autres. Vouloir s’en sortir, vouloir reprendre sa vie en main, changer son monde, agir et réagir en pleine conscience, se servir des difficultés de la vie pour progresser , je suis entièrement d’accord mais pas jusqu’à jouer le rôle de l’égo. Ton égo, ton mental, te ment et t’empêche d’être véritablement toi-même. En pensant devenir acteur de leur vie, certains, ne font que mettre un autre masque. Ils passent de « victime » à « égocentrique » et continuent à fonctionner selon leur blocage, leur blessure émotionnelle.

Le véritable enjeu, dans le fait d’être acteur de sa vie, est de réagir autrement, apprendre à être libre et autonome et que l’intérieur se voit à l’extérieur, dans nos actions et nos choix. C’est la véritable définition d’être acteur de sa vie que certains saisissent mal.

Quand certains coachs me disent « je suis acteur de ma vie, je vais te montrer comment faire », je n’entends que « bla bla regarde moi, bla bla, mon égo, bla bla bla moi je suis, bla bla toute puissante et pas toi, bla bla, en fait j’ai peur mais j’essaye de le cacher, …

Cette expression doit se limiter à sa fonction première : te faire prendre conscience qu’il est peut-être plus judicieux de choisir de ne plus subir, de ne plus regarder sa vie défiler devant soi.

Pour conclure. 

J’ai bien conscience que cette expression « depuis que je suis devenu entrepreneur, je kiffe les lundis, j’ai arrêté d’être une victime et je suis devenue acteur de ma vie  » n’a qu’un seul but : te donner envie d’être entrepreneur et acheter la formation proposée par les bébés entrepreneurs.

Alors que si on te disait la vérité, forcément ça te donnerait moins envie :

  • depuis que je suis entrepreneur, j’aime les lundis car je fais un boulot que j’ai choisi, aligné avec mes valeurs et mon potentiel. J’ai adopté une nouvelle façon de penser qui m’a permis de transformer ma vie et de me créer une vie sur mesure.

Ah bah non en fait, la vérité est plus sympa (et plus juste ) 🙂

Et si tu arrêtait de suivre des expressions bidons et déjà vues, pour décider de découvrir ton potentiel à toi et enfin trouver ta voie ?

J’en parle plus amplement ici : trouve ta voie

N’hésite pas à me connecter sur les réseaux sociaux : @soyezvouscoaching

Anaïs, C.