On se lance rarement dans l’entrepreneuriat comme on se lance dans le salariat. L’entrepreneuriat est une aventure, un défi, une route semée d’embûche, un risque. Il faut être animé par une chose plus grande que soi, une chose qui nous pousse à nous dépasser, vaincre nos peurs, nos doutes, quelque chose ancrée au plus profond de nous mêmes dont on a pas forcément conscience au départ.

Quand je me suis lancée dans l’entrepreunariat, je sortais d’une mini dépression. Cela faisait des mois que je ne me reconnaissais plus. Je ne contrôlais plus rien dans mon travail, j’avais perdu mes illusions, mes repères, il n’y avait plus de cadre, de valeurs, de principes, de sécurité. J’avais perdu, au fil des années, ma confiance en moi, l’estime de moi-même et le respect qui va avec. J’étais broyé par un système. J’ai tenté de me sauver, de me raccrocher aux branches. Je pensais que ce mal qui me rongeait était le salariat, cette fonction publique, cette école de l’inégalité. Ce que je défendais quelques années en arrière avait progressivement volé en éclat.

Je passais de prof à entrepreneuse.

J’avais fondé mes espoirs dans la promesse d’une vie parfaite : un bon diplôme, une bonne situation, un travail intéressant et un bon salaire. Je savais, au fond, que je me voilais la face, je m’étais des œillères, mais comment l’admettre après autant de sacrifice de temps et d’argent ?Au bout d’un an de tentative pour m’insérer sur le marché de l’emploi, je deviens enseignante, un peu par hasard. J’ai toujours eu et j’ai encore en estime l’école, les professeurs, l’instruction, le savoir et la culture alors je m’attendais à vivre cette expérience comme un poisson dans l’eau. J’ai tenu 3 ans. L’entrepreneuriat est alors apparu comme une solution : si le reste n’avait pas fonctionné, essayons autre chose.

Sans idées, sans argent, sans expérience, je me suis lancée, comme beaucoup d’autres, dans le business internet, créateurs de contenu, blogueurs, coach, formateurs, experts authentiques et éthiques, peu importe l’étiquette, on travaille sur internet : nos clients, nos services, notre entreprise sont sur internet. J’ai patiné pendant des mois, jonglant entre crise de larme et énergie créatrice. Je ne le regrette absolument pas. Ce fût une véritable thérapie qui aujourd’hui a porté ses fruits.

Comment l’entrepreneuriat devient une thérapie ?

Et il ne peut se faire sans. Tout le monde commence avec un manque : manque de reconnaissance, manque d’attention, manque d’amour, manque d’équilibre, manque d’argent, manque de création, … On ne vient pas à l’entrepreneuriat par hasard. On veut combler ce manque et si on fait tout soi-même alors on ne sera pas déçu ! Pas de contraintes, pas de limites, on peut être qui l’on veut. Mais on veut être qui au juste ?

C’est oublier nos doutes, nos peurs, nos croyances qui nous explosent au visage dans cette belle aventure. On prend conscience subitement de tout ce que l’on a en nous sans savoir si c’est acquis ou inné. On découvre une problématique bien plus profonde, un être fait de morceaux. C’est comme si on prenait enfin le temps d’ouvrir le capot pour regarder tous les dysfonctionnement de notre esprit. A la sortie de ma dépression, j’étais en révolte, en rupture, bien éloignée de moi-même. Me reconstruire seule en donnant naissance à mon entreprise a été mon remède, ma reconstruction.

Au bout de 9 mois de travail, j’ai pour ainsi dire accouchée de la vérité, d’une peur bien cachée:

– j’avais une peur viscérale de l’échec.

Vous me l’auriez dit il y a quelques mois, je ne l’aurais jamais cru.

Et pourtant, je n’accepte pas que la réalité soit imparfaite, que je ne puisse pas faire mon travail parfaitement, que les règles et le cadre ne me permettent pas de travailler dans de bonnes conditions ou que mes collègues fassent le strict minimum.

Il m’a fallu enlever des couches et des couches d’émotions pour accéder à cette vérité qui explique pourquoi je fais les choses, pourquoi je suis celle que je suis aujourd’hui. Cette vérité est d’autant plus précieuse qu’elle me permet de savoir comment je travaille et comment, du coup, réussir dans mon business.

Qu’est-ce qui régit et influence mes décisions ? Qu’est-ce qui m’empêche d’avancer ? Quelle est ma mission ? C’est après l’avoir trouvé que tu seras serein et que tu seras à même d’aider les autres. La véritable erreur de l’entrepreneur c’est de rester figé car trop englué dans ses doutes et peurs qui le paralysent :

  • peur de l’échec
  • peur de déplaire
  • peur de ne pas être légitime
  • peur des autres
  • peur de réussir
  • peur de soi et de son énergie
  • peur de l’argent

Aider les autres c’est savoir être flexible, s’adapter, se remettre en question, accepter l’échec, accepter d’être soi et pas quelqu’un d’autre, écouter plus que parler, être attentif au lieu d’imposer.

Votre entreprise n’est pas vous. Il y a vous ET votre business.

Vous devez connaître vos points forts, vos croyances, vos faiblesses et les dépasser sans pour autant vous renier.

Accepter qui vous êtes pour accepter le changement. Connaître sa base pour résister aux intempéries.

Les causes de l’échec dans l’entrepreneuriat

Beaucoup échouent car ils refusent d’aller chercher à l’intérieur, d’aller voir ce qui s’y cache.

Ils échouent en portant un masque, en s’enfermant dans un modèle. La prise de conscience en sera d’autant plus violente.  N’oublie pas que tu cherches un remède, un vide à combler, c’est ok et normal mais tu dois en avoir conscience pour que cela ne régisse pas ta vie (exemple besoin de liberté, de reconnaissance, d’argent, …)

Et enfin, ils échouent en ne demandant pas de l’aide. Ils restent seuls avec leurs problèmes, leurs doutes, à tourner rond, à ressasser sans recul, sans portes ni fenêtres pour respirer. L’entrepreneuriat permet de saisir son “pourquoi” même si celui-ci ne correspond pas à notre idée de départ. Il n’y a pas de recette miracle, d’outils imparables, de chemin direction le manège enchanté, ni de perfection. C’est tout l’inverse.

Être entrepreneur c’est gratter le vernis à la surface pour accéder à la matière brute, aux fondations, au coeur.

Sans « thérapie » et sans aide la descente n’est pas suivie de la remontée.

Anaïs C.

.

.

PS : travailler sur tes blocages te permettra d’avancer et faire grandir ton activité en ligne. La prise de conscience n’est pas toujours aisée mais heureusement c’est tout à fait possible. J’ai préparé pour toi, 7 mini-leçon pour :

trouver ta voie (le secret de Steve Jobs)

Découvrir ce qui vibre en toi (l’outil de fou-fou réservé aux entrepreneurs à succès)

ma potion magique pour toujours rester focus et motivée

6 Commentaires

  1. Céline

    Hello 🙂
    J’ai aimé ton article, j’irais un peu plus loin en parlant également de développement personnel. En tout cas, personnellement, c’est grâce à mon travail sur moi-même que j’ai réussis à sauter le pas et m’écouter vraiment.
    Belle continuation 🙂

    Réponse
    • anais-calmettes31

      Oui voilà c’est pareil ! Sans me lancer à mon compte je crois que je n’aurais jamais fait un travail sur moi et jamais je ne serais allée vers le développement personnel, c’est en ça que l’entrepreneurial a été salutaire

      Réponse
  2. Laurie

    Coucou,

    Quel bel article une fois de plus !!! 🙂

    Je partage totalement ta vision des choses. Je pense même que chaque métier que nous exerçons, que ce soit entrepreneur, prof, infirmière ou autre, est une manière de réparer un manque ou une blessure de notre passé.

    En tant qu’entrepreneur, on est souvent face à nos peurs et il est en effet primordial de ne pas fuir devant nos limitations, nos résistances et nos difficultés car tout cela est une belle matière pour évoluer, grandir et se dépasser. 🙂

    Bon dimanche à toi !!! 🙂

    Réponse
    • anais-calmettes31

      Merci ! On est sur la même longueur d’onde 😊 bon dimanche à toi aussi

      Réponse
  3. Mindandbeauty

    Article très intéressant qui fait écho à ma situation. Après avoir eu des doûtes et fini par détester mon travail je l’ai quitté parce qu’il avait bousillé ma santé. Aujourd’hui je me reconstruis petit à petit et j’ai décidé de me lancer à mon compte. Je garde espoir que tout se passera bien et surtout mieux.
    Merci pour cet article qui est un témoignage qui tombe à point nommé.
    Je te souhaite de réussir et d’être épanouie !
    Tia

    Réponse
    • anais-calmettes31

      Bravo 🎉 je te souhaite le meilleur ! Accroche toi ça vaut le coup ! Ravie que le monde découvre ce que tu as à lui offrir 🚀🚀🚀 merci de tes encouragements ! Bon dimanche à toi

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *